Articles

Jésus

Bonjour

Il y a quelques jours, nous sommes rentrés d’un voyage de Mongolie organisé par Oasis Voyages, où nous avons eu la chance d’avoir des enseignements de Conrad.

Pour ceux qui ne connaissent pas Conrad, veuillez visiter son site :

https://www.conrad-org.com/

Au cours d’un de ses enseignements, il nous a rappelé une astuce, que je connaissais déjà sous une forme légèrement différente, qui permet de nous aider à prendre certaines décisions.

Il s’agit tout simplement de se demander « que ferait l’amour à notre place ? »

Personnellement, je connaissais cette astuce, mais en remplaçant l’amour par Jésus, « que ferait Jésus à ma place ? »

Vous pouvez bien sûr essayer cette astuce en utilisant la phrase qui vous convient le mieux.

Je trouve que c’est extrêmement simple, mais très efficace.

Je pense que c’est un peu comme s’il y avait une aide extérieure qui nous soufflait une réponse, cela me rappelle la phrase biblique ; demandez et il vous sera répondu.

Cela permet aussi d’arrêter le mental, car lorsque l’on pose cette question on va être à l’écoute de la réponse.

Je vous recommande d’essayer d’appliquer cette astuce dans votre vie quotidienne, cela ne coûte rien, ne peux pas faire de mal, et cela peut vraiment améliorer votre vie.

N’hésitez pas à nous faire part de vos expériences à ce sujet.

Merci d’avance.

​​​​​​​Ecrit par Christian

Chaleureusement,

      Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Epigénétique; c’est l’environnement qui agit sur nos cellules et non l’ADN lui-même, ce qui veut dire que notre héritage génétique peut-être modifié par nous.

 

Bonjour

Dernières découvertes scientifiques

Cette lettre est pour vous partager les dernières découvertes scientifiques qui démontrent que c’est l’environnement qui agit sur nos cellules et non l’ADN lui-même, ce qui veut dire que notre héritage génétique peut-être modifié par nous.

L’idée que les gènes contrôlent les fonctions biologiques est une supposition qui n’a jamais été prouvée, c’est une hypothèse et non une réalité. Par contre, que la membrane cellulaire est l’homologue de la puce informatique a été prouvé scientifiquement.

Des chercheurs, Cornell et ses associés (consortium australien de recherche) ont démontré que non seulement la membrane cellulaire ressemble à la puce informatique, mais elle fonctionne comme elle, une puce à affichage numérique.

La première révélation significative, c’est que les ordinateurs et les cellules sont programmables.

La deuxième, c’est que le programmateur réside à l’extérieur de l’ordinateur-cellule. L’information entre dans la cellule-ordinateur par les récepteurs de membrane, qui agissent comme « clavier de la cellule ». Les récepteurs déclenchent les protéines effectrices* de la membrane, qui agissent comme le processeur de la cellule-ordinateur. La protéine-processeur effectrice convertit l’information environnementale en langage comportemental de la biologie. Ce qui signifie que le noyau de la cellule contenant les gènes ne programme pas la cellule. Le noyau étant tout simplement un disque mémoire, un disque dur contenant les programmes d’ADN qui encodent la production de protéines.

Les récepteurs des membranes sont l’équivalent des nerfs sensoriels et les protéines effectrices sont l’équivalent des nerfs moteurs, lesquels génèrent l’action. Ensemble, le complexe récepteur-effecteur agit comme un interrupteur, traduisant les signaux de l’environnement en comportement cellulaire. C’est le changement de charge électromagnétique des protéines qui cause le mouvement générant leur comportement, et non pas l’ADN lui-même.

L’environnement, les comportements sont très importants et influencent notre bio-ordinateur, notre santé. Nos comportements inconscients les plus importants dans notre conditionnement nous sont transmis de la conception jusqu’à l’âge de six ans à travers notre milieu ambiant, légué par les parents. Ainsi nous adoptons le comportement et les croyances des parents.

Influence des croyances

Nos croyances agissent comme les filtres d’un appareil-photo, elles changent notre façon de voir le monde et notre biologie s’adapte à ces croyances. Les croyances, attitudes et comportements de base observés chez les parents s’intègrent dans le subconscient. Une fois programmés dans le subconscient, ils contrôlent notre biologie durant notre vie entière… à moins que nous les reprogrammions en utilisant par exemple l’EMDR (méthode de reprogrammation utilisant le mouvement des yeux), l’EFT (techniques de Libération Émotionnelle par la stimulation de points situés sur le trajet des méridiens répertoriés par la médecine chinoise)…

Le pilote automatique

Le subconscient est une banque de stockage de programmes totalement indifférents, banque qui sert uniquement au décodage des signaux de l’environnement et à l’activation des programmes assimilés, sans émettre ni questions ni jugements. Il est un « disque dur » programmable où sont téléchargées nos expériences de vie. Il est notre « pilote automatique ».

Le conscient est une commande manuelle. Il est plus lent, il peut interpréter environ quarante stimuli** par seconde, alors que l’inconscient traite vingt millions de stimuli par seconde.

Le subconscient est l’un des plus importants processeurs d’information connus. Il observe le voisinage et la conscience interne, il décode l’environnement et met immédiatement en action les comportements acquis (appris), le tout sans l’aide, ni la supervision et la connaissance du conscient.

Conclusions

En conclusion, nous sommes responsables de notre santé, de notre bio-ordinateur, autant que nous sommes responsables de l’information que nous éditons sur un traitement de texte. Nos problèmes ne dérivent pas de la fatalité de notre hérédité, de nos gènes, mais de notre banque de données d’informations, nous avons la possibilité et le pouvoir de les changer.

Après cette heureuse révélation, je vous souhaite une bonne compréhension de vos croyances et un merveilleux épanouissement.

* effectrice : qui effectue une action, à la fin d’une série de phénomènes déclencheurs

** stimuli : pluriel de stimulus; facteur externe ou interne capable de déclencher une réaction donnée

Écrit par Lyvia Périé

Nota 1 : Cette lettre a été écrite avec l’aide du livre de Bruce Lipton; « La biologie des croyances »

Nota 2 : Ci-après vous trouverez un lien vers une vidéo de Bruce Lipton sur ce sujet:

n’est plus disponible

et un lien vers des informations sur les notions de base en génétique :

Notions de base en génétique

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Souvent nous nous laissons prendre par des problèmes et nous oublions de demander de l’aide au Divin

Bonjour

Problème

Au cours d’un week-end, j’ai essayé de mettre au point une commande de chauffage par internet.
J’ai passé le samedi matin, le dimanche matin et cela ne fonctionnait toujours pas. C’est un peu compliqué comme système, mais je ne voulais pas y passer trop de temps et je ne voyais pas comment m’en sortir.
Alors j’ai réfléchi en prenant un peu de distance par rapport au problème et je me suis dit, mais pourquoi je ne visualise pas le problème résolu ou bien pourquoi je ne fais pas une prière pour demander à Dieu de m’aider.
Pour moi les deux fonctionnent aussi bien.

Solution

Ensuite c’est ce que j’ai fait en choisissant la prière et dans le quart d’heure qui a suivi le système fonctionnait parfaitement.

Pourquoi je ne l’ai pas fait plutôt

Alors, connaissant depuis longtemps l’efficacité d’une prière, je me suis posé la question: « mais pourquoi je ne l’ai pas fait plutôt ? »
Je pense qu’une des raisons c’est qu’au départ je ne savais pas que cela pouvait durer aussi longtemps. C’est un peu comme l’histoire de la grenouille. Vous connaissez ?

L’histoire de la grenouille

Je la rappelle pour ceux qui ne connaissent pas encore.
Si l’on met une grenouille dans de l’eau bouillante, elle ressort immédiatement de cette eau et se sauve. Par contre si on la met dans un bain d’eau froide que l’on chauffe progressivement, elle ne réagit pas et meurt.

Meilleure attitude

Alors, comment faire pour éviter cela ?
Et bien je pense qu’il faut prendre le temps de réfléchir avant de faire les choses, de tirer parti de l’expérience des autres, par exemple une grenouille qui verrait une de ses camarades se faire piéger par l’eau chauffée progressivement ne devrait pas tomber dans le piège elle aussi.

Ensuite nous pouvons visualiser, ou nous faire aider (prière). Il faut bien utiliser son côté féminin (intuition, ressentie, analyse…) afin d’utiliser son côté masculin (l’action).
Aujourd’hui, il est facile de se faire piéger, car nous vivons dans un monde où tout va très vite et l’on ne prend plus assez le temps de réfléchir.

En développant notre connexion avec le Divin afin qu’elle soit beaucoup plus régulière, plus intime, nous gagnerions beaucoup de temps, d’argent et nous serions plus heureux.

Invitation à la réflexion

Pour revenir à l’histoire de la grenouille, je vous propose de réfléchir si dans votre vie il n’y a pas des domaines où vous vous êtes fait piéger aussi.

Au niveau de la politique, je pense que ce principe a été appliqué dans plusieurs pays où les gouvernements ont augmenté progressivement les impôts au point d’asphyxier financièrement une partie de la population.
Dans ce cas la solution est peut-être la même que dans mon cas, c’est-à-dire prendre du recul et demander de l’aide au Divin.

Je pense d’ailleurs qu’une des raisons des crises politiques ou autres, et de pousser les gens à se rapprocher du Divin, car c’est surtout dans les moments de crise que l’on pense à lui, et c’est aussi dans ces moments-là que la solidarité se développe et que l’on se rapproche des autres. Ce que l’on n’apprend pas par la sagesse on l’apprend par la souffrance, mais c’est quand mieux d’apprendre par la sagesse, n’est-ce pas ?

Avec Lyvia nous vous souhaitons d’excellentes fêtes de fin d’année.

Ecrit par Christian

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité