Enfant triste

Bonjour

Aujourd’hui j’aimerais vous parler du sentiment de culpabilité.

Il y a un livre spirituel qui illustre bien ce sentiment, c’est un livre de Daniel Meurois. « Ce clou que j’ai enfoncé: à la reconquête de l’estime de soi.  » Éditions Le Passe-Monde.

Il raconte la vie de Nathanaël qui est la personne qui devait enfoncer les clous sur Jésus pour le mettre sur la croix.

Cela lui a laissé un profond sentiment de culpabilité.

Le hasard de la vie va faire qu’il va rencontrer les disciples de Jésus, en particulier Jean qui l’envoie vers Judas l’Iscariote et qui va lui tenir le discours suivant :

« – Et toi… Qu’est-ce que tu as fait ou qu’est-ce que tu te reproches, Nathanaël ?
– Moi ? Mais… rien.
– Rien, je sais… reprit Judas toujours aussi calme. C’est pour cela que Jean t’a amené à moi, parce qu’il y a des “riens” qui nous tuent… Mon rien à moi, ça a été mon orgueil, ça a été d’avoir cru un instant que je savais mieux que le Maître ce qu’il fallait faire.
L’orgueil, oui ! C’est ce qu’il y a de plus redoutable dans nos vies. Il entre en nous par les portes les plus incroyables qui soient ! Moi, il m’a eu par le biais de ce que je croyais être mon insignifiance. Ma famille en était une parmi tant d’autres, ni pire ni meilleure mais je ne m’y sentais pas à ma place. Jamais assez aimé ni apprécié. J’étais “le petit”! C’est pour cela que j’ai tout fait afin d’en sortir en apprenant à lire les livres et à écrire. Ainsi je serais meilleur, plus respectable et on m’aimerait ! Je me suis dit que c’était cela ou me faire avaler par un monde que je trouvais trop dur. Alors, j’ai rejeté ma famille, je me suis éloigné et j’ai travaillé puis étudié, sans relâche. La rage au ventre, j’ai rejoint les Zélotes avec leurs promesses de libération… Et puis, il y a eu le Maître. Et là… J’ai été tour à tour comblé et écartelé. On n’approche pas la Lumière “comme ça” sans tremblement de terre ni choix décisifs. Il ne faut pas craindre la marche au-dessus du vide! Est-ce que tu me comprends? […] Si tu me comprends, je peux te dire aussi que ce qui t’arrive – et que j’ignore – a forcément un sens. Tu crois peut-être subir une série d’événements et être la victime d’une terrible situation tout comme je l’ai cru moi-même à mon propos, mais sache qu’il n’en est rien.
Les fils invisibles qui tissent nos vies nous amènent toujours là où nous devons être et, qui plus est, au bon moment. Ainsi, c’est mon âme qui a attiré à elle les parents que j’ai eus; c’est aussi de mon plein gré et pour répondre à une irrésistible impulsion que j’ai rejoint les Zélotes. Puis c’est parce que mon cœur Le reconnaissait qu’il est allé s’offrir au Maître. Enfin, c’est pour calciner mes impuretés que quelque chose en moi a initialisé le pire des cauchemars.
– Tu ne t’es pas trompé alors, hasardai-je? Personne ne fait jamais mal ?
– Oh… je crois que c’est un peu plus compliqué que cela, me répondit Judas qui continuait de se détendre. Tout dépend où tu places ton regard, mon frère ! Si tu parviens à élever ta conscience là où le Maître se tient, il n’y a pas de véritable faute mais une incroyable succession d’apprentissages par lesquels doivent passer les ignorants que nous sommes. Mais si, par contre, tu choisis de vivre le regard rivé au sol, ton monde reste celui du bien et du mal qui s’opposent éternellement jusqu’à créer l’enfer en toi.
L’enfer, c’est cet épouvantable sommeil au sein duquel le jour et la nuit se combattent comme viscéralement et mécaniquement. C’est le soleil qui s’imagine devoir détester la lune et vice versa.
Cela ne signifie pas que, d’un point de vue humain, on ne fasse jamais “mal”… Cela signifie plutôt que nos errances d’âme et de corps sont les balbutiements d’une vie qui se cherche en nous. Cela veut dire enfin que nous sommes encore des enfants qui entrevoient à peine l’état adulte vers lequel ils sont inévitablement appelés. »

Je trouve ce passage très instructif et libérateur et je ne vois rien à rajouter pour le moment.

Merci d’avance pour vos commentaires.

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​Ecrit par Christian

Jésus

Bonjour

Il y a quelques jours, nous sommes rentrés d’un voyage de Mongolie organisé par Oasis Voyages, où nous avons eu la chance d’avoir des enseignements de Conrad.

Pour ceux qui ne connaissent pas Conrad, veuillez visiter son site :

https://www.conrad-org.com/

Au cours d’un de ses enseignements, il nous a rappelé une astuce, que je connaissais déjà sous une forme légèrement différente, qui permet de nous aider à prendre certaines décisions.

Il s’agit tout simplement de se demander « que ferait l’amour à notre place ? »

Personnellement, je connaissais cette astuce, mais en remplaçant l’amour par Jésus, « que ferait Jésus à ma place ? »

Vous pouvez bien sûr essayer cette astuce en utilisant la phrase qui vous convient le mieux.

Je trouve que c’est extrêmement simple, mais très efficace.

Je pense que c’est un peu comme s’il y avait une aide extérieure qui nous soufflait une réponse, cela me rappelle la phrase biblique ; demandez et il vous sera répondu.

Cela permet aussi d’arrêter le mental, car lorsque l’on pose cette question on va être à l’écoute de la réponse.

Je vous recommande d’essayer d’appliquer cette astuce dans votre vie quotidienne, cela ne coûte rien, ne peux pas faire de mal, et cela peut vraiment améliorer votre vie.

N’hésitez pas à nous faire part de vos expériences à ce sujet.

Merci d’avance.

​​​​​​​Ecrit par Christian

Chaleureusement,

      Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

Bonjour

« Vous tous, hommes et femmes de la Terre, êtes un seul être. Ceci n’est pas une image, mais une réalité. Vous êtes un seul être dont chaque cellule s’est mise à penser, à marcher séparément des autres au point de faire de la Dissociation un véritable phare, une sorte de loi incontournable. » Extrait du livre  » Par l’Esprit du Soleil  » Texte de l’âme de Yeshua (Jésus) transmis par Anne Givaudan et Daniel Meurois.

D’après cet extrait de livre, nous ne faisons qu’un.

Comment expliquer cela et quels sont les indices dans la vie qui vont dans ce sens. Nous allons voir cela dans cette lettre.

1) L’unité dans l’astrologie

Eh bien comme indice nous avons tout d’abord l’astrologie.

Je me suis intéressé à l’astrologie, car un jour un ami astrologue, qui avait fait le thème de mon épouse discutait avec elle du caractère du frère de ma femme.

J’ai vu qu’avec seulement le thème de mon épouse il était capable de connaitre aussi bien, si ce n’est mieux, le caractère du frère de mon épouse.

Impressionnant n’est-ce pas ?

En fait dans notre thème astrologique on retrouve non seulement nos frères et sœurs, mais aussi nos parents, notre conjoint, nos enfants, nos amis …

2) Le miroir

C’est probablement grâce au fait que nous sommes tous liés, et ne faisons qu’un, que le miroir fonctionne si bien. Voir lettre sur le miroir.

Et cela explique aussi que si nous changeons notre comportement, les autres personnes vont changer envers nous.

J’ai fait beaucoup de voyages en groupe. Dans ces voyages dû au nombre parfois important de participants, on ne dit pas bonjour tous les jours aux animateurs.

J’ai remarqué que les jours où j’avais décidé d’embrasser l’animateur j’avais l’impression que cette personne avait pris la même décision, car cela se faisait naturellement. Cela m’a permis de toucher du doigt cette connexion entre personne.

3) La méthode Ho’oponopono

Le fonctionnement de la méthode Ho’oponopono a tendance à montrer aussi que nous sommes tous unis. Grâce au pardon et aux formules Ho’oponopono Joe Vitale (livre « Zéro Limite ») a réussi à guérir des personnes sans même les rencontrer. En agissant sur lui, il guéri d’autres personnes.

4) Ce que l’on fait aux autres c’est à soi qu’on le fait 

Si l’on est tous un, cela explique aussi le fonctionnement d’une règle de base (pour moi); « ce que l’on fait aux autres c’est à soi qu’on le fait ».

Si nous sommes un seul être et si je fais du bien à quelqu’un d’autre, une partie de moi (représenté par cette autre personne) sera mieux, car elle ressentira ce bienfait.

 

Voilà quelques indices qui vont dans le sens d’une unité au-delà de l’illusion de la séparation.

Il y en a d’autres bien sûr par exemple les synchronicités. Vous pensez à quelqu’un et juste à ce moment-là le téléphone sonne et c’est précisément cette personne qui appelle.

J’aimerai connaitre vos propres expériences à ce sujet. Quand est-ce que vous avez perçu cette unité ?

Je profite de ce message pour vous recommander la lecture du livre;  » Par l’Esprit du Soleil  » Texte de l’âme de Yeshua (Jésus) transmis par Anne Givaudan et Daniel Meurois. Si vous intéressez à la spiritualité, c’est un livre à lire.

Je l’ai lu et relu plusieurs fois et il m’a beaucoup apporté.

Écrit par Christian

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Bonjour

Je voudrais aujourd’hui vous parler d’une loi fondamentale de la vie, il s’agit du respect.

1) Définition du respect

La définition du Larousse est la suivante:

  • Sentiment de considération envers quelqu’un, et qui porte à le traiter avec des égards particuliers ; manifestations de ces égards : Manquer de respect à quelqu’un.
  • Sentiment de vénération envers ce qui est considéré comme sacré : Le respect des morts.
  • Considération que l’on a pour certaines choses : Le respect de la parole donnée.

2) Respect des autres

Ce respect des autres devrait être appliqué dans la vie de tous les jours, lors des discussions au travail ou entre amis.

Il y a toujours quelqu’un qui a une opinion différente de la nôtre et il est important de respecter ces différences d’opinion, déjà pour éviter que cela dégénère en conflit, mais aussi pour nous permettre d’enrichir notre personnalité en nous ouvrant à des choses nouvelles pour nous.

Le piège dans une discussion c’est de donner trop de pouvoir à notre mental et à notre cerveau reptilien. En effet, avoir tort pour le mental c’est un peu la mort pour lui.

Pour le cerveau reptilien, quelqu’un qui dit quelque chose de différent devient un ennemi. C’est ce cerveau reptilien qui assure notre survie et donc il ne fait qu’appliquer une règle qui nous a probablement permis de survivre, mais dans le cas des discussions, ce fonctionnement est très gênant.

Si vous y prêtez attention, vous pouvez sentir ce réflexe du cerveau reptilien lors des conversations où une personne n’est pas d’accord avec vous. En sentant ce réflexe, vous pourrez mieux le dépasser et arriver à quitter une conversation sans être affecté par une opinion différente, voire très différente de la vôtre.

Je me rappelle le premier voyage spirituel avec Oasis Voyages en Inde. Nous avions un groupe d’une quinzaine de personnes, toutes avec une personnalité marquée et différente des autres. Cela a été un cauchemar pour les animateurs au début du voyage puis progressivement tout le groupe a évolué et chacun a de plus en plus respecté les autres, ce qui a permis de bien terminer le voyage.

Un respect particulier devrait être accordé aux aînés, parents, et toutes personnes handicapés de quelque manières que ce soit. Je pense que le non-respect de ces personnes entraine un karma important et justifié.

3) Sentiment de vénération envers ce qui est considéré comme sacré

Je pense important ici de respecter les religions et les croyances en général des autres.

Le manque de respect vis-à-vis des autres religions peut aller jusqu’à la guerre, ce que nous voyons régulièrement.

Ce manque de respect dans ce domaine pourrait s’expliquer par les efforts que demandent certaines religions. Les pratiquants ayant fait beaucoup d’efforts sont incités à penser qu’ils ne font pas ces efforts pour rien, qu’ils sont forcément mieux que ceux qui ne les font pas. C’est pour moi un peu le piège des religions. Elles poussent au marchandage avec Dieu. Je fais toutes ces prières, je suis allé tant de fois au lieu de culte Dieu me doit donc quelque chose et je suis forcément quelqu’un de bien.

En fait, il ne faut pas oublier les indications de bases de, je pense à toutes les religions, « aimes ton prochain comme toi-même » et « fais aux autres ce que tu aimerais que l’on te fasse ». Voilà 2 « règles » qui poussent vraiment au respect.

4) Considération que l’on a pour certaines choses : Le respect de la parole donnée.

Chaque fois que l’on donne sa parole que l’on s’engage à faire quelque chose qui concerne d’autres personnes, on doit s’y tenir sous peine de mettre dans la gêne les autres, et se créer un karma négatif.

Par contre si exceptionnellement un changement est vraiment souhaitable pour nous, rien n’empêche de revoir notre engagement avec les autres et de « renégocier » autre chose.

Nous espérons que vous avez eu le temps de visiter notre nouveau site. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques ou proposition d’amélioration à ce sujet.

Merci d’avance.

Écrit par Christian

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Bonjour

Les problèmes relationnels ?

Tout autour de nous nous pouvons constater certains problèmes relationnels dans notre quotidien, ils peuvent être dans notre famille, notre couple, notre travail etc.… Ces conflits peuvent aller d’un simple désaccord, à ceux plus importants amenant à un divorce, licenciement etc…. Voyons ensemble quelques points sur ce sujet.

Lorsqu’une personne nous blesse par des mots ou son comportement, notre réflexe est souvent de la juger, de jeter la faute sur elle, plutôt que de voir l’opportunité, l’invitation d’un changement à apporter en nous .

En effet lorsque nous nous sentons blessé cela veut seulement dire que la personne a activé une blessure que nous avons enfouie, cachée, en nous et qu’elle vient réveiller, sinon nous ne nous sentirions pas affecté.

Ceci est comparable à une blessure physique que nous aurions et où la personne viendrait appuyer dessus. Nous allons réagir, mais est-elle responsable de notre blessure ? N’est ce pas à nous d’en prendre soin pour qu’elle guérisse ?

Quel message ? quelle est la blessure ? qu’est ce que je dois comprendre et m’occuper?

Que de questions, que de réflexions nous ne nous posons pas !

Pourtant cette guérison permettrait d’alléger nos souffrances enfouies qui nous empêchent de retrouver l’harmonie, équilibre, bonheur …

​​​​​​​Voici quelques actions qui pourraient améliorer nos relations :

* Se poser les questions ci-dessus

* Etre conscient, observateur du scénario qui se joue et que nous jouons, à l’image d’un metteur en scène surveillant son propre film, en étant lui-même acteur.

* Prendre du recul, de la hauteur. C’est comme si vous étiez devant une colline, en bas, au pied, elle vous paraîtra énorme, alors si vous en éloignez, elle vous semblera plus petite. C’est pareil avec les événements.

* Nous pouvons demander de l’aide extérieure, thérapeutes, amis de confiance car il est parfois difficile d’avoir une vision juste quand nous sommes immergés par les émotions… et avoir ce recul mentionné ci-dessus.

* Etre plus tolérant

Nous sommes tous différents, nous avons notre propre vécu, suivant « notre cadre de référence « (voir lettre mensuelle n°11), notre éducation, notre culture …

Mais aussi, un homme et une femme ne pensent pas et ne fonctionnent pas de la même façon.

Nous réagissons, nous raisonnons à travers ce filtre que nous avons créé et nous aimerions que l’autre personne pense et fonctionne comme nous. L’erreur c’est que nous poussons et nous voulons la changer pour qu’elle corresponde à notre perception, plutôt que lui faire part de ce qui nous affecte et lui proposer un changement dans le respect.

Exemple: ‘ Lorsque tu … je me sens…, est-ce qu’il serait possible que tu… »

* Utiliser la méthode du miroir pour identifier le problème

La méthode du miroir: la personne qui nous fait réagir, nous renvoie, nous reflète un problème que nous avons à résoudre (voir lettre mensuelle n°5).

Exemple :

Je suis amenée dans mon travail à retransmettre des messages.

Ma supérieure me reprochait que mes messages étaient mal retransmis, incomplets . C’était la seule à se plaindre. En effet si je faisais un oubli, c’était avec elle.

J’ai utilisé la méthode du miroir et je me suis aperçue que toute les deux avions un problème de communication. Moi au niveau de la communication expressive et elle au niveau relationnel.

Elle était là pour me rappeler que mon problème de communication n’était pas résolu.

Depuis cette découverte, tout c’est amélioré, elle m’a même dit qu’elle était contente, que mes messages étaient bien pris.

Conclusions

* Etre vrai c’est « dire l’heure juste » sans blesser l’autre personne, dans le respect.

Dire par exemple: « Je me suis senti(e) blessé lorsque tu as dit … » plutôt que de juger, d’accuser la personne.

* Demander au Divin (Dieu, puissance Divine…), de l’aide pour la compréhension du message et sa guérison.

Après ces quelques propositions d’actions, qui me semblent importantes et qui peuvent pousser à la réflexion, ​​​​​​​Christian se joint à moi pour vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année.

Ecrit par Lyvia

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Bonjour

J’aimerais vous reparler de notre pouvoir créateur qui avait fait l’objet de ma première lettre mensuelle.

C’est un sujet qui me tient à cœur pour son importance et trop souvent ignoré.

1) Nos pensées, nos paroles, nos actes sont positifs et justes ?

C’est notre attitude de penser que tout vient de l’extérieur, que nous ne sommes pas responsables de ce que nous vivons qui nous pose problème.

Nous nous plaignons, mais est-ce que nos pensées, nos paroles, nos actes sont positifs et justes ?

Que faisons-nous ? Quelles sont nos actions, nos attitudes pour changer certaines situations ?

Toutes nos pensées négatives sont des pollutions pour notre vie, mais aussi pour notre planète !

Lorsque vous imaginez un scénario négatif, demandez-vous si vous voulez vraiment qu’il se manifeste, sinon que souhaitez-vous créer ?

Il est important d’être observateur de nos pensées et de prendre conscience de leurs impacts dans notre vie.

Ce qui nous arrive n’est pas un hasard de circonstances, mais bien le résultat de ce que nous avons créé.

2) Voici 2 exemples de notre pouvoir créateur utilisé « passivement »

Lorsque j’étais en congé maternité pour ma première fille, et qu’à l’époque je travaillais comme laborantine dans un laboratoire médical, je souhaitais rester auprès de ma fille.

Mon cœur, mon être profond souhaitait vraiment rester à la maison à m’ occuper d’elle et ma tête disait tu dois aller travailler comme tout le monde, c’est ce qui ce fait.

Comme je persistais à agir et suivre ce que me disait ma tête, l’univers a fait en sorte que je sois licencié et que je reste donc à la maison à m’occuper de ma fille.

À l’époque je ne l’ai pas vu comme le résultat de mon profond souhait, car mon licenciement n’était pas justifié, et je ne savais pas ce que je sais aujourd’hui.

Autre exemple :

Après une profonde envie de rester à la maison plutôt que d’aller au travail, je me suis retrouvée malade ou bien avec un poignet cassé, d’où un séjour à la maison.

Les pensées sont créatrices, mais pas toujours exactement comme nous voulons.

C’est pour cela que de plus en plus je surveille mes pensées.

3) Pouvoir créateur utilisé volontairement

Je vais vous faire part de quelques moyens que j’utilise et qui sont très simples, à la portée de tous .

J’utilise l’état spécial qui existe lorsque l’on se réveille et que l’on se trouve alors entre le sommeil et l’éveil. À ce moment-là, nous sommes connectés avec notre inconscient et nous pouvons « donner le ton, la directive de notre journée ». Nous pouvons la formuler en pensée, sans donner de détails, juste la direction avec amour et conviction.

Convaincu comme lorsque nous commandons un café dans un bar et que nous savons qu’il va nous être servi, et ensuite ne plus y penser.

Dans la formulation il ne faut pas utiliser le futur toujours le présent.

Exemple:  » C’est une journée où je me sens en pleine forme et dynamique. »

Ne pas utiliser, non plus, la négation, exemple:  » je ne suis plus malade », mais plutôt « je suis en pleine forme ».

Exemple : Un jour, Christian me dit qu’il me trouvait vraiment rayonnante, j’ai souri et je lui ai fait part que c’est ce que j’avais programmé, formulé le matin : » Aujourd’hui je suis rayonnante ».

Cette technique ne résout pas tout, mais reste simple, efficace et accessible à tout le monde.

Alors, pourquoi ne pas l’essayer !

Pour nous aider, à le mettre en place nous pouvons avant de nous endormir, nous voir en train de le faire à notre réveil.

J’aime bien aussi remercier le soir avant de m’endormir Dieu ou l’énergie Divine…. de m’avoir apporté ce dont j’avais besoin, demandé et reçu.

Il y a un autre moyen parmi d’autres pour atteindre nos objectifs, c’est la respiration. Vous pouvez le trouver en consultant la lettre mensuelle n°2.

Notre pouvoir créateur se manifeste en permanence, alors utilisons le positivement pour améliorer notre vie.

Ecrit par Lyvia

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Bonjour

J’espère que vous avez passer de bonnes vacances, pour ceux qui en ont pris. Aujourd’hui, je vais essayer de répondre à une question posée par une amie; « que faire pour ne plus refaire les mêmes erreurs ? » Je pense que c’est une excellente question qui mérite que l’on s’y attarde un peu.

1) Prendre de la hauteur

Pour moi la première chose à faire c’est de prendre de la hauteur, arriver à être notre propre observateur. Déjà, être conscient que l’on est dans l’erreur et qu’on a déjà fait cette erreur, est un bon départ.

2) On est là pour apprendre

Il faut ensuite comprendre que nous sommes sur terre pour apprendre, donc on vit des choses que l’on ne sait pas gérer au début. C’est normal puisque l’on vient apprendre. Lorsque l’on arrive à un cours d’Anglais par exemple on ne maîtrise pas encore la leçon qui arrive. On va donc l’apprendre, parfois faire des mises en situation pour mieux apprendre et en s’amusant en plus. C’est pareil pour la vie.

3) Accepter

Le plus vicieux c’est qu’il faut commencer par accepter ses défauts avant de les voir disparaître. Pour accepter cela, réduire son orgueil peut beaucoup aider. Accepter que l’on soit ni mieux ni moins bien que les autres, nous faisons tous des apprentissages, mais souvent ces apprentissages sont différents. C’est pourquoi certains maitrisent des domaines que l’on ne maitrise pas, et vice versa. Il faut donc éviter de se comparer aux autres . En assimilant bien cela, on comprendra mieux et on pardonnera plus facilement aux autres.

4) Sortir de la zone de confort

Une autre raison de refaire les mêmes erreurs c’est notre difficulté à changer. Tout changement pousse à sortir de sa zone de confort ce qui est toujours un peu difficile. Pour cela une aide précieuse peut venir de la souffrance (hé oui!). Lorsque l’on a suffisamment souffert des conséquences de ses erreurs, on change plus facilement.

Ce que l’on n’apprend pas par la sagesse on l’apprend par la souffrance et il faut parfois, lorsque l’on manque de sagesse, boire la coupe jusqu’à la lie (souffrir jusqu’à n’en plus pouvoir).

5) Voir les progrès accomplis

Souvent, on voit que l’on fait encore la même erreur et on désespère, mais dans ce cas je vous recommande de voir les progrès qui ont quand même été accomplis, car la plupart du temps il y a des progrès même si la difficulté est encore là. Un exemple, lors d’une dispute avec le conjoint vérifiez que votre temps passé à faire la gueule diminue, et que cette fois-ci vous vous êtes réconciliés plus vite.

D’ailleurs, il ne faut pas hésiter à se récompenser pour les progrès accomplis et une des récompenses des changements c’est de se voir grandir et s’améliorer et d’avoir ainsi de nouvelles portes qui s’ouvrent … avec de nouvelles difficultés à résoudre pour grandir encore… C’est le jeu de la vie.

Nous vous souhaitons de grandir dans la sagesse.

Ecrit par Christian

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Bonjour

J’ai un réel plaisir à aborder ce sujet, en effet, j’ai beaucoup appris et j’apprends toujours à travers notre couple.

Le couple est un excellent moyen d’évolution

Le couple est un excellent moyen d’évolution pour voir où nous en sommes dans notre chemin vers notre réalisation de soi, si nous en prenons conscience !

Pour ceux qui ne sont pas en couple, vous pouvez regardez les personnes de sexe opposées qui vous entourent pour en tirer des enseignements similaires à celui du couple.

Cela marche aussi, j’ai vécu des expériences très enrichissantes me le confirmant !
Parfois ce sont ces personnes là qui jouent ce rôle de miroir (lettre mensuelle n° 5) de notre union et équilibre intérieur.

Exemple :
Pour une femme : son père, son patron ou un collègue… et pour un homme : sa, mère, une collègue, une voisine…

En effet ces personnes nous font vivre des situations inconfortables, qui nous dérangent et qui parfois nous font souffrir.

Ces situations là nous indiquent et nous invitent à changer, notre comportement, notre perception erronée (parfois une certaine croyance inconsciente), et qui va à l’encontre de notre évolution spirituelle.

Nous sommes venus sur terre pour trouver le Divin en nous, la joie de vivre en harmonie et dans l’Amour de tout ce qui nous entoure, et cela passe par cet équilibre, cette union de notre couple intérieur.

Notre couple sert de miroir de notre couple intérieur. Il est un indicateur de notre relation entre notre féminin et masculin intérieur (lettre mensuelle n°12et13).

Jusqu’à nos jours nous fonctionnons sur des données erronées, basées sur des croyances où tout est extérieur à nous : Dieu extérieur à nous, nos problèmes qui résultent de la faute des autres, nos maladies qui viennent de la fatalité….

Nous ne nous sentons pas responsable de ce que nous vivons!
Nous ne nous sommes pas conscient de notre pouvoir Co créateur de notre vie (lettre mensuelle n°1) !

Voici ce qui peut nous permettre de nous transformer :

Le premier point : C’est d’être conscient, observateur de ce qui se joue (lettre mensuelle n° 30) et de ressentir si nous sommes en accord ou non avec ce qui se passe.

Plus nous sommes en connexion avec le Divin, plus c’est facile.

Deuxième point : se sentir responsable de ce que nous arrive !

 

Troisième point : Prendre conscience que le conjoint (ou patron…) est là comme miroir de notre intérieur.

Moi je le remercie de me servir de miroir pour mon évolution (vous n’êtes pas obligé, surtout si c’est difficile à vivre, ou vous pouvez le faire mentalement) et je remercie également Dieu.

Quatrième point : Accueillir lorsque nous nous sentons blessé, dérangé par une situation que l’autre nous fait vivre, ou que nous ressentons un « mal être »

 

Cinquième point : L’accepter (cela ne veut pas dire que nous sommes d’accord) comme un signal que nous ne sommes pas sur le bon chemin de notre évolution.

 

Sixième point : Il est alors temps de rechercher à l’intérieur de nous, quel est le déséquilibre, le désaccord entre notre féminin et notre masculin, en nous posant cette question :

Qu’est ce qui me dérange dans son comportement ?

Exemple : Vous avez l’impression que votre mari a trop d’emprise sur vous, qu’il ne vous écoute pas.
Alors regardez en vous, si votre masculin intérieur, n’a pas trop d’emprise sur votre féminin.  Cela peut être que vous travaillez (action : masculin intérieur) trop, n’écoutant pas votre féminin (intuition, le ressenti ) qui voudrait plus de douceur .

Septième point : Réajustez votre comportement et vous verrez que votre mari aura moins d’emprise sur vous et qu’il sera plus à votre écoute.

Ce qui est formidable, c’est que dès que vous opérez des transformations intérieures, vous remarquez des changements extérieurs, vous indiquant que vous êtes sur le bon chemin spirituel.

De nos jours, beaucoup de couples se séparent, chacun cherche à faire changer l’autre pour combler son manque intérieur, son équilibre féminin/masculin. N’y arrivant pas, la personne préfère changer de conjoint, entraînant avec elle et autour d’elle de la souffrance non comprise.
Les personnes ne sont pas conscientes de ce processus.

Nous entrons dans un nouveau monde, une nouvelle ère d’union, de compassion d’interconnexion. Notre ancien mode de fonctionnement n’est plus adapté, nous avons été conditionné, formaté sur des données erronées (tout extérieur à nous).
Il est temps d’en prendre conscience, de se réveiller, de « se prendre en main » !

Je vous souhaite une belle créativité dans votre vie.

Ecrit par Lyvia

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Bonjour

On peut observer ces dernières années que de grands progrès techniques au niveau des moyens de communication (téléphone portable, internet…….) ont été réalisés.

Paradoxalement la communication entre personnes s’est plutôt détériorée.

Rappel sur le masculin et fémininDans une précédente lettre mensuelle, je vous parlais du féminin, masculin qui est en chacun de nous et présent dans tout ce qui nous entoure.

Un rappel sur nos côtés masculin et féminin

* Notre aspect féminin est notre moi intuitif, réceptif,qui permet le passage de l’intelligence supérieure de l’univers, la partie réceptrice du canal.

* Notre aspect masculin est l’action, notre faculté d’agir, c’est le côté émetteur du canal.

Dans notre monde, un changement est entrain de s’opérer.

Le monde ancien fonctionnait avec le principe masculin en dominateur, au détriment du principe féminin.

Nous avons réprimé et bloqué notre féminin, (sentiments, émotions, intuition ), de ce fait nous ne pouvons pas entendre notre voix intuitive et contacter l’univers en nous ( la Source…).

Pourtant quand nous sommes prêt à entrer totalement dans le ressenti d’une émotion négative (qui nous parait négative), à en prendre conscience, l’accepter, l’énergie bloquée est rapidement libérée et l’émotion négative dissoute.

Exemple de communication

Prenons un exemple de communication entre deux personnes Marie et Brigitte.

Marie fait remarquer à Brigitte qu’elle a grossi et Brigitte est blessée.
Brigitte se met sur la défensive (principe masculin), soit en répliquant (attaque) par des paroles soit par des actions, pouvant la blesser à son tour.

Pourtant, Marie ne fait que refléter le ressenti intérieur de Brigitte.

Elle joue le rôle du miroir et peut ainsi permettre à Brigitte de prendre conscience qu’elle n’accepte pas d’avoir grossi et qu’elle le vit mal.

Marie est une messagère de l’inconscient refoulé de Brigitte.

Cela pourrait être une opportunité pour Brigitte, de saisir le message sur l’acceptation de cette situation, car pour avoir la transformation, il faut d’abord avoir l’acceptation.

La situation apparemment négative est une situation positive.

Tout vient que bien souvent nous faisons fonctionner notre intellect, plutôt que notre coeur.

Voici le même exemple de communication avec le principe féminin; c’est-à-dire de voir en soi que l’on se sent blessé (e) par ces propos et l’avouer.

Par exemple Brigitte répond : « Je me sens blessée par ce que tu viens de me dire, car j’ai du mal à accepter ma prise de poids »

et le « top » c’est de dire : « Merci, grâce à toi, je viens de m’apercevoir, que je n’accepte pas cette situation, ainsi je vais pouvoir la transformer pour mon bien-être.»

En cause, la peur

Ce sont nos peurs (d’être pris pour un(e) faible….) qui nous empêchent de fonctionner ainsi.

Au début cela peut être dur, de procéder ainsi, mais bien vite nous en apprécions les bienfaits.
C’est être vrai avec soi.

Les émotions

Au niveau émotionnel, c’est notre résistance à une émotion négative qui nous fait souffrir.
Par peur de cette émotion, nous la réprimons, nous éprouvons une souffrance émotionnelle.

Si nous nous autorisons à la ressentir et à l’accepter pleinement, elle devient une sensation intense, mais cependant pas douloureuse.

La transformation du monde commence au niveau individuel, plus nous changerons notre façon de communiquer, plus cela se répandra autour de nous et puis à un moment donné rapidement à travers le monde.

Changer le monde

Le monde étant vraiment notre miroir, si nous changeons, il changera.

L’histoire du centième singe nous aide à voir combien un seul ou quelques individus peuvent être puissants pour transformer le monde.

La théorie dite « du 100ième singe » – Lespasseurs.com

Faites partie de cette transformation et si cette lettre vous plaît, partagez-la avec vos amis.

Nous vous souhaitons une bonne semaine et à bientôt.

Ecrit par Lyvia

Cordialement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Bonjour

Ce mois-ci nous fêtons nos 30 ans de mariage (09 octobre 1982) et nos 33 ans de rencontre (19 mai 1979).

Nous aimerions vous faire partager quelques points importants qui nous ont permis de faire durer notre couple.

Depuis le début jusqu’à aujourd’hui notre amour a changé, il a évolué. Il est passé de l’amour passionnel, limitatif… à un amour plus lumineux, plus vaste.

Le grand changement s’est fait progressivement, environ une dizaine d’années où nous avons commencé à faire du développement personnel, à prendre conscience que tout ce qui nous entoure n’est pas séparé de nous, que nous sommes responsable de ce qui nous arrive et l’existence du miroir.

1) Le miroir (lettre mensuelle No. 5)

La technique du miroir nous dit que l’extérieur, les personnes qui nous entourent, notre conjoint ne sont que le miroir de notre intérieur. Ils ne sont pas là pour combler nos propres manques.

Le changement se fait non pas en essayant de changer le conjoint mais en nous changeant nous-mêmes, notre perception avec une meilleure compréhension, compassion.

L’autre personne a un vécu et une perception différente de la notre (voir cadre de référence, lettre mensuelle No.11).

D’où le respect, le non jugement. On ne décide pas pour l’autre, on lui laisse sa liberté et on n’essaye pas de le changer (dur, dur !), mais on se change soi-même. Et là surprise, l’autre change !

2) La communication

Ce qui est important et primordial c’est la communication, d’être vrai envers l’autre et soi-même. Partager ses ressentis, faire part d’où on en est dans ses émotions, sans accuser l’autre.

Depuis des années la confiance en l’autre a grandi ce qui permet de s’abandonner totalement au niveau sexuel.

3) Sexualité

Même si notre souhait est de nous élever spirituellement, cela ne doit pas empêcher de s’améliorer au niveau de la sexualité.

Ainsi nous ne faisons pas seulement l’amour pour satisfaire nos désirs sexuels mais aussi pour passer de bons moments ensemble, en se reliant le plus possible au Divin.

4) Rester séduisant

Ce n’est pas parce que l’on est marié avec quelqu’un que l’on peut se laisser aller.

Il est important de rester en forme (voir lettre mensuelle No. 3 les 5 Tibétains) et séduisant (e).

Il nous semblerait très intéressant que vous nous fassiez partager votre propre ressenti au sujet de la relation du couple.

Merci d’avance pour ce partage.

Cordialement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité