Faut-il toucher le fond ?

,

Bonjour

On dit souvent qu’il faut toucher le fond pour pouvoir repartir sur quelque chose de nouveau, corriger une attitude, en fait changer quelques choses au niveau personnel ou d’un pays.

Est-ce vraiment nécessaire, c’est ce que nous allons essayer de voir.

1) Fonctionnement d’une régulation de température

J’aimerai prendre l’exemple du fonctionnement d’un système de chauffage avec une régulation de température.

Il est nécessaire dans ce système de lancer le chauffage puis il faut attendre d’atteindre la température sélectionnée sur son programmateur pour que le chauffage s’arrête. Il redémarrera lorsque la température aura diminué en dessous d’une température déterminer par le système (par exemple 1 degré en dessous de la température programmée).

Si l’on ne fait pas confiance au système, dès que la température augmente et devient proche de la température programmée on ouvre les fenêtres, le chauffage continue de chauffer et peut ne jamais s’arrêter. C’est un gros gaspillage d’énergie.

Je pense que c’est un peu pareil avec nos défauts personnel et les problèmes de notre société.

Il faut souvent avoir des événements significatifs pour nous, plus ou moins douloureux, pour corriger un défaut.

2) Un exemple de « toucher le fond » pour changer

Lorsque j’ai commencé à conduire je me croyais très fort et j’avais tendance à trop couper les virages. J’ai eu un accident (sans gravité) parce que j’avais trop coupé un virage, ce qui m’a permis d’être plus modeste, de faire plus attention et de ne plus couper les virages.

Si au niveau d’une entreprise les salariés délaissent complètement la gestion de l’entreprise aux dirigeants, ceux-ci peuvent s’augmenter les salaires à des niveaux extraordinaires. Il faudra probablement attendre que cela mette l’entreprise en grosse difficultés pour que tous rectifie la situation.

3) Changement sans « Toucher le fond »

Mais est-ce possible d’avoir une rectification de la situation sans avoir à toucher le fond.

Je pense que oui. « Ce que l’homme ne veut pas apprendre par la sagesse, il l’apprendra par la souffrance. » Melkisedech.

Je suis tout à fait d’accord là-dessus. la version plus positive serait: « Pour ne pas souffrir d’apprendre par la souffrance développe ta sagesse »

La sagesse c’est aussi les prises de conscience. Internet met aujourd’hui à notre portée des révélations qui peuvent nous permettre de voir vers où certaines personnes/gouvernements/entreprises veulent nous amener et ainsi nous pouvons agir avant de connaitre la souffrance, ou avant que leurs plans ne soit réalisés.

Je vous souhaite d’évoluer avant d’atteindre le seuil de souffrance, en douceur.

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 − 15 =