Bonjour

J’aimerais vous reparler de notre pouvoir créateur qui avait fait l’objet de ma première lettre mensuelle.

C’est un sujet qui me tient à cœur pour son importance et trop souvent ignoré.

1) Nos pensées, nos paroles, nos actes sont positifs et justes ?

C’est notre attitude de penser que tout vient de l’extérieur, que nous ne sommes pas responsables de ce que nous vivons qui nous pose problème.

Nous nous plaignons, mais est-ce que nos pensées, nos paroles, nos actes sont positifs et justes ?

Que faisons-nous ? Quelles sont nos actions, nos attitudes pour changer certaines situations ?

Toutes nos pensées négatives sont des pollutions pour notre vie, mais aussi pour notre planète !

Lorsque vous imaginez un scénario négatif, demandez-vous si vous voulez vraiment qu’il se manifeste, sinon que souhaitez-vous créer ?

Il est important d’être observateur de nos pensées et de prendre conscience de leurs impacts dans notre vie.

Ce qui nous arrive n’est pas un hasard de circonstances, mais bien le résultat de ce que nous avons créé.

2) Voici 2 exemples de notre pouvoir créateur utilisé « passivement »

Lorsque j’étais en congé maternité pour ma première fille, et qu’à l’époque je travaillais comme laborantine dans un laboratoire médical, je souhaitais rester auprès de ma fille.

Mon cœur, mon être profond souhaitait vraiment rester à la maison à m’ occuper d’elle et ma tête disait tu dois aller travailler comme tout le monde, c’est ce qui ce fait.

Comme je persistais à agir et suivre ce que me disait ma tête, l’univers a fait en sorte que je sois licencié et que je reste donc à la maison à m’occuper de ma fille.

À l’époque je ne l’ai pas vu comme le résultat de mon profond souhait, car mon licenciement n’était pas justifié, et je ne savais pas ce que je sais aujourd’hui.

Autre exemple :

Après une profonde envie de rester à la maison plutôt que d’aller au travail, je me suis retrouvée malade ou bien avec un poignet cassé, d’où un séjour à la maison.

Les pensées sont créatrices, mais pas toujours exactement comme nous voulons.

C’est pour cela que de plus en plus je surveille mes pensées.

3) Pouvoir créateur utilisé volontairement

Je vais vous faire part de quelques moyens que j’utilise et qui sont très simples, à la portée de tous .

J’utilise l’état spécial qui existe lorsque l’on se réveille et que l’on se trouve alors entre le sommeil et l’éveil. À ce moment-là, nous sommes connectés avec notre inconscient et nous pouvons « donner le ton, la directive de notre journée ». Nous pouvons la formuler en pensée, sans donner de détails, juste la direction avec amour et conviction.

Convaincu comme lorsque nous commandons un café dans un bar et que nous savons qu’il va nous être servi, et ensuite ne plus y penser.

Dans la formulation il ne faut pas utiliser le futur toujours le présent.

Exemple:  » C’est une journée où je me sens en pleine forme et dynamique. »

Ne pas utiliser, non plus, la négation, exemple:  » je ne suis plus malade », mais plutôt « je suis en pleine forme ».

Exemple : Un jour, Christian me dit qu’il me trouvait vraiment rayonnante, j’ai souri et je lui ai fait part que c’est ce que j’avais programmé, formulé le matin : » Aujourd’hui je suis rayonnante ».

Cette technique ne résout pas tout, mais reste simple, efficace et accessible à tout le monde.

Alors, pourquoi ne pas l’essayer !

Pour nous aider, à le mettre en place nous pouvons avant de nous endormir, nous voir en train de le faire à notre réveil.

J’aime bien aussi remercier le soir avant de m’endormir Dieu ou l’énergie Divine…. de m’avoir apporté ce dont j’avais besoin, demandé et reçu.

Il y a un autre moyen parmi d’autres pour atteindre nos objectifs, c’est la respiration. Vous pouvez le trouver en consultant la lettre mensuelle n°2.

Notre pouvoir créateur se manifeste en permanence, alors utilisons le positivement pour améliorer notre vie.

Ecrit par Lyvia

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Bonjour

J’espère que vous avez passer de bonnes vacances, pour ceux qui en ont pris. Aujourd’hui, je vais essayer de répondre à une question posée par une amie; « que faire pour ne plus refaire les mêmes erreurs ? » Je pense que c’est une excellente question qui mérite que l’on s’y attarde un peu.

1) Prendre de la hauteur

Pour moi la première chose à faire c’est de prendre de la hauteur, arriver à être notre propre observateur. Déjà, être conscient que l’on est dans l’erreur et qu’on a déjà fait cette erreur, est un bon départ.

2) On est là pour apprendre

Il faut ensuite comprendre que nous sommes sur terre pour apprendre, donc on vit des choses que l’on ne sait pas gérer au début. C’est normal puisque l’on vient apprendre. Lorsque l’on arrive à un cours d’Anglais par exemple on ne maîtrise pas encore la leçon qui arrive. On va donc l’apprendre, parfois faire des mises en situation pour mieux apprendre et en s’amusant en plus. C’est pareil pour la vie.

3) Accepter

Le plus vicieux c’est qu’il faut commencer par accepter ses défauts avant de les voir disparaître. Pour accepter cela, réduire son orgueil peut beaucoup aider. Accepter que l’on soit ni mieux ni moins bien que les autres, nous faisons tous des apprentissages, mais souvent ces apprentissages sont différents. C’est pourquoi certains maitrisent des domaines que l’on ne maitrise pas, et vice versa. Il faut donc éviter de se comparer aux autres . En assimilant bien cela, on comprendra mieux et on pardonnera plus facilement aux autres.

4) Sortir de la zone de confort

Une autre raison de refaire les mêmes erreurs c’est notre difficulté à changer. Tout changement pousse à sortir de sa zone de confort ce qui est toujours un peu difficile. Pour cela une aide précieuse peut venir de la souffrance (hé oui!). Lorsque l’on a suffisamment souffert des conséquences de ses erreurs, on change plus facilement.

Ce que l’on n’apprend pas par la sagesse on l’apprend par la souffrance et il faut parfois, lorsque l’on manque de sagesse, boire la coupe jusqu’à la lie (souffrir jusqu’à n’en plus pouvoir).

5) Voir les progrès accomplis

Souvent, on voit que l’on fait encore la même erreur et on désespère, mais dans ce cas je vous recommande de voir les progrès qui ont quand même été accomplis, car la plupart du temps il y a des progrès même si la difficulté est encore là. Un exemple, lors d’une dispute avec le conjoint vérifiez que votre temps passé à faire la gueule diminue, et que cette fois-ci vous vous êtes réconciliés plus vite.

D’ailleurs, il ne faut pas hésiter à se récompenser pour les progrès accomplis et une des récompenses des changements c’est de se voir grandir et s’améliorer et d’avoir ainsi de nouvelles portes qui s’ouvrent … avec de nouvelles difficultés à résoudre pour grandir encore… C’est le jeu de la vie.

Nous vous souhaitons de grandir dans la sagesse.

Ecrit par Christian

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Souvent nous ne pouvons nous empêcher de critiquer les autres, mais avons nous pensé aux conséquences ?

Bonjour

Avez-vous remarqué, comme il est facile de prendre part, « de mettre notre grain de sel » lors d’une discussion avec une personne ou un groupe, sur une personne absente à ce moment-là, pour la critiquer ?

Et oui ! personne, ni notre monde n’est parfait et il y a toujours quelque chose à redire.

Nous fonctionnons plus ou moins ainsi !

Par contre là où nous voulons en venir, c’est sur l’énergie négative que cela engendre.

Cette énergie négative nuit aux autres et à notre planète, et elle nous nuit à nous parce que tout ce que l’on fait aux autres c’est à soi qu’on le fait (le principe du miroir).

Vous avez sûrement remarqué cela dans votre vie. Vous critiquez quelqu’un et puis ensuite vous ressentez un malaise, une baisse du niveau d’énergie et cela engendre des conséquences négatives sur votre quotidien.

Donc posons-nous les questions suivantes avant de parler :

* Est-ce que mes pensées sont positives ?

* Ce que je vais dire est-il positif ou est -ce que je peux le formuler plus positivement ?

* Si ce n’est pas positif est-ce vraiment nécessaire de le dire ?

* Si j’ai commencé à critiquer une personne est-ce que je ne peux pas terminer sur une note positive pour cette même personne ?

Ces questions devraient nous pousser à être de plus en plus conscients, être présents et avoir un rôle d’observateur sur la scène qui se joue.

Nous pensons que toutes nos critiques créent une pollution psychique. La partie matérielle correspondante pourrait bien être la pollution de la Terre.

Soyons donc plus vigilant lors de nos échanges, afin de contribuer à l’amélioration de nos relations et de notre monde.

Nous vous souhaitons une excellente journée et de bonnes vacances à tous ceux qui sont concernés.

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Qu’est-ce que le bien et le mal ? Les énergies négatives sont-elles si négatives que cela ? sont-elles utiles ?

Bonjour

1) Le jeu Divin

Aujourd’hui, je vous propose une réflexion sur l’interprétation du bien et du mal (incluant les énergies négatives et les énergies positives).

Je pense que pour bien comprendre ces deux notions il faut revenir au pourquoi de notre présence sur terre et dans quel but.

Comme je l’ai déjà évoqué, je pense que nous sommes ici dans un jeu dont le but est d’évoluer toujours davantage pour retourner à la Divinité. À l’origine, nous sommes tous issus du Divin, qui s’est divisé pour s’expérimenter, se découvrir, se recréer, s’expanser, jouer…dans la matière.

Ce jeu consiste à faire les meilleurs choix de façon à apprendre, à progresser sans douleur.

2) « Ève a croqué la pomme »

Je pense qu’il faut aussi se rappeler le moment où Ève a croqué la pomme et interpréter ce symbole autrement.

Mon interprétation est qu’avant ce moment-là, l’homme ne pouvait pas faire d’erreur, étant « connecté » directement à la source et n’ayant pas le libre arbitre lui permettant de faire des erreurs, il vivait donc dans un certain paradis où tout allait bien … un peu prévisible et un peu ennuyeux.

En choisissant de croquer la pomme de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, le libre arbitre a été donné à l’homme, et là tout est devenu possible même les graves erreurs.

Mais le jeu est devenu plus intéressant, plus intense, mais évidemment parfois plus dramatique.

3) Interprétation du bien et du mal

Avec cette vision-là, le bien serait tout ce qui est positif, heureux, facile, nous permettant d’évoluer sans douleur, sans souffrance, dans une découverte permanente.

Le mal, la souffrance, serait en fait un guide pour nous indiquer que nous ne sommes pas sur la bonne voie. Ces forces-là seraient des forces de changement.

Un peu comme un professeur qui nous punit pour nous pousser à faire mieux et à passer en classe supérieure.

Dans ce cas-là le mal est-il négatif ? Probablement pas tant que cela.

Il y a beaucoup de personnes qui ont vécu des choses difficiles et qui disent ne pas regretter ce qui s’est passé car cela leur a permis de comprendre et d’évoluer.

4) La relation avec le monde d’aujourd’hui

Maintenant posons-nous les questions suivantes : pourquoi aujourd’hui, il y a autant de forces sombres (guerres, pollution, corruption…) et pourquoi l’énergie du mal est-elle aussi forte ?

À mon avis, cela pourrait être dû au changement d’ère car nous passons de l’ère du Poisson /Vierge à l’ère du Verseau/Lion.

Les forces du mal pourraient bien être plus importantes car nous devons passer d’un mode de fonctionnement à un autre. Le monde sera bientôt très différent.

Il y a donc de très nombreux changements à effectuer, d’où beaucoup plus de forces sombres, des forces du changement.

La nouvelle ère ne rendra pas forcément le monde idéal, mais ce sera un monde en relation avec les énergies de l’ère du Verseau.

Ceci permettra donc de nouvelles expérimentations en relation avec ces énergies particulières (vibrations, ondes, technologie avancée, fraternité, complémentarité, collaboration, justice, partage, spiritualité…).

Que pensez-vous de ces explications ?

Vos avis nous intéressent et nous vous remercions par avance pour vos commentaires.

Ecrit par Christian

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

En cas de souffrance pourquoi pas s’intérioriser, placer sa conscience au niveau de son coeur, et contacter la source Divine pour obtenir une aide précieuse (Divine).

Bonjour

1) Situation de souffrance

A un moment donné de ma vie, je me suis retrouvée dans une situation, où je ressentais un profond mal-être. Je n’acceptais pas la situation qui s’annonçait et surtout je ne voulais pas changer ma façon de vivre.

Je priais (suppliais) la source Divine, pour que ma vie reste comme elle était, mais je restais dans la souffrance et la situation persistait.
Sachant que nous ne pouvons changer ni les personnes ni les situations et que nous sommes responsables de ce qui nous arrive, j’ai décidé de me faire aider.

Lorsque nous sommes devant un obstacle, c’est comme si nous étions devant une montagne, à sa base. Elle nous paraît énorme et difficile à gravir (insurmontable), par contre si nous prenons du recul, de la hauteur, une vue d’ensemble, c’est beaucoup plus facile. Les personnes extérieures à nos problèmes ont ce recul.

2) Astrologie Spirituelle

Donc par l’astrologie spirituelle de mes amis Thot et Émeraude, j’ai pu découvrir avec mon thème que je me trouvais dans une période de grand changement, une renaissance.
Par mon thème il m’était demandé de changer ma façon de fonctionner.
Résister au changement donnait lieu à la souffrance. J’ai compris le message, mais comprendre et intégrer sont deux actions différentes !

3) Intériorisation

Mon mal-être et la situation persistaient. Devant ma souffrance adoucie, mais présente, je me suis intériorisée. J’ai alors placé ma conscience au niveau de mon coeur, et là j’ai parlé à la source Divine : « Je m’en remets à toi, toi seule sais ce qui est bon pour moi « . Et là ! j’ai ressenti une délivrance, un poids tomber, j’étais heureuse, soulagée, confiante. Ce qui allait arriver été forcément le mieux pour moi.

Suite à ma prise de conscience, avant de faire des actions dont une décisive, je me suis intériorisée, placée dans mon coeur, connectée à la source et la situation s’est débloquée.

J’avais l’impression que la source Divine m’avait abandonnée, mais c’était moi qui l’avais abandonnée. Je n’étais pas connecté à elle.

4) Conclusions

Nous avons tous cette étincelle Divine en nous et nous avons tendance à l’oublier. Nous nous sommes construit sur des repères qui nous rassurent, et l’inconnu nous fait peur, mais parfois les événements de la vie nous invitent à changer notre façon de fonctionner, car elle représente une entrave sur le cheminement de notre soi Divin.

Des prises de conscience au niveau de notre coeur sont nécessaires, ainsi que notre connexion avec la source Divine.

« Namasté » je salue le Divin qui est en vous ». C’est une salutation utilisée en Inde et au Népal, que j’aime beaucoup.

Je vous souhaite une excellente et belle journée, à bientôt.

Écrit par Lyvia

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Bonjour

J’espère que l’année 2016 a bien commencé pour vous.

1) Les bienfaits de la méditation

Vous connaissez tous les bienfaits de la méditation qui sont maintenant scientifiquement prouvés.
Elle améliore les capacités d’attention, de concentration et permet de se focaliser sur le positif plus facilement.
La méditation augmente nos défenses naturelles et contribue à améliorer son état de santé général.
Elle permet de réduire la dégénérescence du cerveau avec l’âge ;

Un-cerveau-plus-jeune-grace-a-la-meditation

Pour moi la méditation permet aussi de se reconnecter à la véritable source de notre être; au Divin.

2) Méditation venant du Cambodge

Je voudrais vous partager une méditation de base apprise lors de mon voyage au Cambodge en 2015 avec Oasis Voyages et qui est basée sur la respiration.

Elle me parait très efficace pour retrouver le calme et la sérénité et aussi pour aider à la guérison du corps physique et elle peut être complétée ensuite par d’autres types de méditation.

Ce que j’aime c’est qu’elle met le mental en veilleuse en portant son attention sur la respiration et en faisant circuler l’énergie dans le corps physique.

Dans cette méditation il y a 4 points importants pour suivre en conscience le trajet de la respiration :

  1. Le nombril
  2. La poitrine
  3. La gorge
  4. Le bout du nez

Installez-vous le dos droit, les jambes croisées avec la jambe droite sur la gauche, un léger sourire sur le visage serait un plus. Voir photo jointe pour la

 position idéale.
Les mains se rejoignent avec la main droite sur la main gaucheFermez les yeux et suivez votreinspirationen partant du bout du nez, puis la gorge, la poitrine, le nombril.
A l’expiration suivez votre souffle du nombril à lapoitrine, puis la gorge et le bout du nez.

Lorsque vous aurez fait cela pendant plusieurs minutes, vous raccourcirez le trajet en n’allant plus au point du bas ; le nombril.
Après quelques minutes vous pouvez supprimer un autre point la poitrine, puis la gorge pour terminer la méditation en fixant son attention sur le bout du nez.

3) Perfectionnement

Lorsque vous connaitrez bien cette méditation, vous pourrez enchainer sur autre chose.
La personne qui nous l’apprit disait de poursuivre avec une méditation sur les différents éléments qui composent notre corps (eau, terre, feu, air).
Personnellement, je préfère continuer en restant sans pensées, en étant observateur de ce qui se passe en moi, ou bien en visualisant de plus en plus précisément un objet, une fleur par exemple.

4) Fréquence et position

Pour que la méditation soit efficace, il faut essayer de pratiquer régulièrement 20 minutes matin et soir chaque jour par exemple, mais même si l’on pratique beaucoup moins souvent, ce sera toujours mieux que rien.
De plus, c’est en voyant les effets positifs que nous serons encouragés à être plus assidus.
A mon avis cette méditation fonctionne bien en étant assis sur une chaise, en position couché c’est moins efficace mais là aussi c’est mieux que rien.

Si vous avez des méthodes de méditation que vous avez essayées, qui vous ont beaucoup apportées et que vous souhaitez partager, transmettez-les-nous et nous pourrons peut-être compléter cette lettre.

Bonne méditation à tous.

Ecrit par Christian

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Bonjour

Nous avons le plaisir de vous souhaitez une excellente année 2016.

Vous trouverez ci-après notre carte de voeux (veuillez cliquer sur la carte pour lancer l’animation).

http://goo.gl/GwYP5p

Comme cadeau pour bien commencer l’année, nous vous proposons à prix très réduit 19 € au lieu de 47 €, et jusqu’à fin janvier 2016, un programme que nous trouvons très efficace surtout si l’on veut vraiment changer et améliorer sa vie, il s’agit de :

« Les secrets de l’Attraction » de Christian Godefroy.

Christian Godefroy a mis toute son expérience dans ce programme des secrets de l’attraction.

Pour la description du programme qui comprend le livre numérique et les fichiers mp3 (on peut l’écouter partout):

« Les secrets de l’Attraction »

Pour l’acheter au prix de 19 € au lieu de 47 € veuillez revenir sur ce courriel et cliquez sur le lien ci-après:

Terminé

Merci pour votre fidélité à nos lettres mensuelles, nous en sommes très heureux.

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Bonjour

Que pensez-vous de notre responsabilité dans ce que nous vivons ?

1) Les problèmes ne viennent pas de l’extérieur

Tout autour de nous, nous pouvons constater des conflits au sein de notre famille, notre travail… dans notre société en général, jusqu’au niveau mondial où la dualité et la séparation sont d’actualité.

Est-ce la fatalité, la malchance ?
Eh bien non !
En général nous pensons que tous les problèmes viennent de l’extérieur de nous et que nous n’en sommes pas responsables. C’est une erreur !

2) Notre pouvoir créateur

Que faisons-nous alors de notre pouvoir co-créateur (lettre mensuelle n°1) !
Le problème, c’est que nous fonctionnons par automatisme et nous ne sommes pas conscients de ce qui se joue.
Nous sommes pris dans le jeu de la vie, acteur sans être observateur, sans cet oeil observateur qu’a un réalisateur pour son tournage et qui pourtant est fondamental.

3) Notre perception, notre vision et notre interprétation sont déformée

De plus, notre perception, notre vision et interprétation sont déformée (nous reconstituons inconsciemment notre milieu familial de 0 à 7 ans par rapport à nos interprétations des événements de la vie de cette période) et nous empêche de voir la réalité telle qu’elle est. Nous agissons et nous ressentons, non pas en accord avec la réalité, mais à l’image que l’on s’en fait (lettre mensuelle n° 11).

Si nous prenons du recul, de l’altitude aux événements, nous pouvons en comprendre le mécanisme et le changer.
L’idéal c’est de vivre pleinement en conscience de ce que nous créons tout en étant en contact son essence divine, écouter sa voix intérieure .
Sinon dès que nous ressentons un « mal-être, » une baisse d’énergie, c’est le signe qu’une prise de conscience doit être faite et l’invitation à changer notre manière de fonctionner et de penser.

4) Des solutions

Voici quelques méthodes pour faciliter notre changement:

Dès que vous vous réveillez, alors que vous êtes encore entre le sommeil et l’éveil programmez votre journée en formulant des pensées positives en utilisant les verbes au présent. Exemple :  » Aujourd’hui je suis plein(e) d’énergie et d’Amour ».

Autre méthode, vous pouvez utiliser votre respiration .
A chaque inspiration pendant une dizaine de respirations conscientes, formulez des phrases comme : »Plus j’inspire et plus je me sens bien » ou bien  » tout va de mieux en mieux » .

5) Quand savons-nous que nous sommes responsables ?

Nous savons que nous sommes responsables quand nous acceptons d’assumer toutes les conséquences de nos actes, de nos pensées, de nos paroles, de nos décisions et de nos réactions.
Etre responsable c’est savoir que nous créons tout ce qui nous arrive selon nos choix conscients ou inconscients.

Essayons d’être conscients de notre responsabilité de notre bien être. Le changement commence de l’intérieur au niveau individuel.
Nous en récoltons un enrichissement personnel, un épanouissement, qui ensuite se répercute sur la société.
Nous récoltons ce que nos semons, alors semons de l’Amour !

Je vous souhaite une belle créativité de votre vie, remplie de bonheur.

Ecrit par Lyvia

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Bonjour

1) Gagner au Casino

Il y a quelques années, je pense avoir fait gagner une amie dans un Casino.

Pour faire gagner cette personne j’ai visualisé que tout le monde dans le casino se mettait à gagner aux machines à sous, que des jetons s’écoulaient des machines à sous un peu partout.

Peu de temps après, c’est effectivement ce qui c’est passé, des personnes ont commencé à gagner à côté de nous puis mon amie a gagné aussi une somme assez conséquente.

Alors pourquoi est-ce que cela a fonctionné ?

D’abord la visualisation est quelque chose de puissant bien sûr, mais je pense que le fait de demander à être entouré de personnes gagnantes est un autre élément très important.

2) La règle: « Ce que l’on fait aux autres c’est à soi qu’on le fait. »

Si l’on souhaite du mal aux autres il nous reviendra du mal, si l’on souhaite du bien c’est du bien qui nous reviendra.

Pour moi cela fait partie des règles que notre Créateur a complètement intégrées en nous dans le but d’assurer la survie de l’espèce.

Et puis cette règle-là n’est-elle pas on ne peut plus juste ?

C’est à nous d’utiliser au mieux cette règle dans la vie de tous les jours.

Avant d’avoir intégré cette règle, j’en ai subi le côté négatif.

Quelques exemples:

a) Un jour quelqu’un voulait m’acheter un pneu ancien pour une vieille moto, j’ai préféré ne pas le vendre au cas où j’en aurais besoin un jour pour une vieille moto que j’ai.

Depuis ce jour-là, la moto fonctionne mal et je ne m’en sers plus depuis des années.

b) J’avais un moteur de moto et j’ai rencontré une autre personne qui voulait me l’acheter, car elle avait le cadre moto correspondant (chose rare). On ne s’est pas entendu sur le prix et j’ai gardé mon moteur.

Résultat il est resté inutilisé pendant des années, puis je l’ai donné (j’avais compris le principe…) et il a fait le bonheur de quelqu’un d’autre.

c) Des amis voulaient prendre des jeunes noix d’un noyer m’appartenant pour faire un apéritif, pour plusieurs mauvaises raisons j’ai refusé, résultat plus de noix sur le noyer, le noyer est mort et je n’ai même pas récupéré le bois.

3) Donner, aider les autres pour être plus heureux soi-même

Je ne pense pas qu’il faille tout donner pour être heureux, mais lorsque que quelqu’un frappe à notre porte pour un besoin que l’on peut aider à satisfaire, il vaut mieux aider et tout de suite.

D’ailleurs, il est scientifiquement prouvé que dépenser de l’argent pour les autres rend plus heureux que de le dépenser pour soi, alors soyons généreux.

Dépenser de l’argent pour les autres rend plus heureux

Le but de cette lettre est d’ouvrir la réflexion et le dialogue donc si vous souhaitez nous faire part de vos expériences, ou commentaires, il sont toujours les bienvenus.

Ecrit par Christian

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

Bonjour

Nous espérons que la période de vacances s’est bien passée pour vous. Pour nous c’était très bien, nous avons eu un été magnifique.

Je voudrais revenir sur la lettre précédente, en effet nous avons eu des commentaires, merci pour eux, et des idées supplémentaires.

1) Le pouvoir de création de Dieu

Pour une personne, celui qui dit « Je suis Dieu » devrait être capable de créer la vie (comme Dieu). Dans l’excellent livre La Vie des Maîtres, de Baird T. Spalding, il y a un passage où un maître donne la vie à une marionnette. Dans ce cas on peut probablement dire que le maître est effectivement Dieu dans toute sa puissance de création.

2) Un état où le « Je » disparaît

Une autre personne nous dit être allé dans un état où la notion même du « je » avait disparu et la question dans cet état-là ne se posait donc plus.

J’ai vécu un état similaire il y a environ 20 ans lors d’un séminaire avec Patrick Drouot. A la fin du weekend au cours d’une méditation dirigée, il nous a fait regrouper tous ensemble corps contre corps. J’ai eu à ce moment-là je que je pense être un aperçu du retour à l’Unité. J’étais super bien, aucun désir, aucun besoin, une sorte d’extase. Le plus délicat a été de se séparer les uns des autres en douceur. Merci à Patrick Drouot pour cette expérience jamais renouvelée depuis.

3) Devenir le tout ou juste soi-même

D’autre part je pense qu’il est intéressant de rapporter ici l’expérience de Christophe Allain. Il nous raconte que lors d’une méditation il a eu une montée de Kundalini et son état a changé considérablement. Il était devenu capable de savoir ce que pensaient les gens qu’il rencontrait dans la rue même sans le vouloir, c’était assez incroyable et très gênant.

Après réflexion il en a conclu qu’il n’était pas assez incarné à ce moment-là.

Cela me fait penser au Dieu Aton (image jointe). Pour moi il était monté au niveau du soleil et était donc le tout et plus Christophe Allain.

J’ai moi-même vécu deux courtes expériences un peu similaires.

Lors d’une réunion de travail ma conscience s’est projetée dans le corps de la personne en face de moi. J’étais cette personne, je savais tout ce qu’elle pensait.

Une autre fois c’était après une belle plongée sous-marine à Tahiti. J’étais très décontracté et je regardais la mer. Tout d’un coup ma conscience s’est projetée vers la mer et je devenais la mer.

Dans les deux cas l’effet de surprise m’a fait aussitôt retourner dans mon corps.

Tout ceci montre à quel point le symbole du Dieu Aton est puissant et bien représentatif du Divin et de son fonctionnement.

Si l’on reste au niveau des mains on a l’impression que nous sommes tous séparés entre nous et séparé du Divin. Si l’on prend de la hauteur et que l’on regarde l’ensemble du symbole on voit que nous sommes non seulement tous unis mais que nous faisons partie de Dieu.

4) « Je suis moi»

Au cours d’une méditation, j’ai aussi eu l’intuition que dire « Je suis Dieu » pouvait servir de mantra, de motivation pour s’élever spirituellement vers le centre du soleil d’Aton pour ceux qui sont uniquement au niveau des mains et manque de recul, mais que notre but sur Terre est d’être incarné et donc le meilleur mantra pourrait aussi être « Je suis moi», « Je suis Christian » dans mon cas, tout en cheminant vers notre soi Divin.

Cela rejoint l’expérience de Christophe Allain citée plus haut. Pour aider à se réincarner il aurait pu se répéter « Je suis Christophe Allain ».

Tout est une histoire d’équilibre et nous sommes venus sur Terre pour incarner notre personnage qui peut, entre autres, être défini par notre thème astrologique.

Le Divin a beaucoup « travaillé » pour créer un monde où il peut expérimenter à travers nous une multitude de conditions de vie à travers l’incarnation, et je pense qu’il souhaite que nous restions incarnés et mettions du spirituel dans le matériel.

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

Ecrit par Christian

Chaleureusement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité