Bonjour

Par cette lettre je viens vous faire partager une expérience récente. Je viens de finir le stage « naître à la vie vers un nouveau départ « avec Anne Givaudan et Antoine Achram. Au réveil du lendemain du stage, une culpabilité m’envahit : « c’est de n’avoir pu partager le vécu d’un exercice lors du stage ».

L’exercice en question

Voici l’exercice effectué à deux personnes.

L’une des stagiaires doit se mettre dans le rôle d’une personne paralysée ou sa seule possibilité de communiquer est par le regard.

L’autre stagiaire, avec toutes ses capacités, doit pouvoir communiquer avec elle.

Ensuite nous devons échanger nos impressions et changer les rôles.

Je me suis mis en premier dans le rôle de la personne ne communiquant que par les yeux.

Et là je me suis sentis bien, car je connais la contemplation, ( exercice de regard à regard ) pour l’avoir pratiquée. Je sais que lorsque le mental lâche prise il y a communication d’âme à âme.

L’âme ne sait pas communiquer par des mots, elle ressent.

C’est notre mental, notre esprit limité par notre cadre de référence qui s’exprime.

Élodie, la personne qui pouvait parler, me propose un code « cligner des yeux une fois pour oui et deux fois pour non », ce qui la rassura et elle ressenti ma sérénité .

Lorsque tous les exercices ont été finis, il y a eu un moment de partage.

Je lui ai fait part de mes connaissances sur la contemplation et nous échangeons les rôles ce qui se passa très bien.

Problème de communication

Mais lors de l’échange collectif je ne dis rien, d’où, après le stage, ce grand sentiment de culpabilité.

Mon expérience aurait sûrement pu intéresser le groupe, en particulier, rassurer certaines personnes qui étaient angoissées.

Mais voilà, j’ai un gros problème de communication résultant de mon enfance où la communication n’était pas possible avec mon père.

L’origine du problème et le pourquoi

Mon père m’a fait vivre cette expérience afin de développer la communication à tous les niveaux, me pousser à me dépasser.

Je pense qu’avant de descendre sur terre, avant la conception, un contrat d’âme est établit avec celles de nos parents.

Ce qui nous paraît comme une épreuve vécue pendant votre enfance à travers nos parents, fait partie de l’entente passée lors du contrat d’âme .

Ces épreuves sont voulues pour que nous les dépassions et que nous développions des améliorations, des compétences dans le domaine.

Mon gros handicap du départ peut-être une aubaine pour ma vie à condition que j’en prenne conscience, que je l’accepte et que je le dépasse.

Je pense qu’en fait lorsque avant de s’incarner dans une vie l’on veut développer une qualité, la communication dans ce cas, il va y avoir dans notre enfance un événement qui va nous handicaper dans ce domaine.

C’est pour nous obliger à faire des efforts et ainsi revoir tout ce domaine pour devenir bien meilleur. Ainsi le handicap se transformera en force.

Ces handicaps sont ainsi une indication de ce que l’ont a choisi de développer dans cette vie, nos buts.

Ecrit par Lyvia

Cordialement,

Lyvia et Christian de Succès et Spiritualité

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 + 30 =